Qu'est-ce que le PROPACOM Ouest

Le Projet d’appui à la Production Agricole et à la Commercialisation Extension Ouest (PROPACOM-Ouest) est un projet de développement initié par l’Etat de Côte d’ivoire avec un cofinancement du FIDA. Il est entré en vigueur le 21 novembre 2014 et son achèvement interviendra le 31 décembre 2020.

Le PROPACOM Ouest appuie le developpement des filières vivrières en tant que principal moyen de création de richesse, d'accroissement des revenus ruraux et d'amélioration de la sécurité alimentaire des petits producteurs. En outre, ce projet se focalise sur les actions d’appui à la professionnalisation agricole et au développement des productions vivrières précitées.

Ces actions sont complétées par des interventions visant à améliorer la résilience aux changements climatiques des petits producteurs ruraux et des écosystèmes ciblés via le financement ASAP (adaptation de la petite agriculture au changement climatique).

Zone d'intervention du projet

Le PROPACOM-OUEST couvre les zones suivantes :

  • 6 Régions : Worodougou, Béré, Bafing (District du Woroba), Tonpki (District des Montagnes), Kabadougou, Folon (District du Denguélé)
  • 14 Départements : Séguéla, Kani (Worodougou), Mankono, Dianra, Kounahiri (Béré), Touba, Ouaninou, Koro (Bafing), Man, Danané, Zouan-Hounien (Tonkpi), Minignan, Kaniasso (Folon), Odienné, Samatiguila, Madinani (Kabadougou).

Spéculations ciblées par le projet

Les spéculations ciblées par le projet sont : le riz irrigué, le riz pluvial, le maïs, le manioc et les cultures maraichères.

Qui peut bénéficier du projet ?

Le groupe cible prioritaire du PROPACOM-OUEST est constitué de ruraux vivant dans la pauvreté et l’insécurité alimentaire (notamment les femmes et jeunes filles rurales productrices ainsi que les jeunes ruraux), regroupés en :

  • groupements de base (producteurs/commerçants/transformateurs), groupements d’intérêts économiques (GIE), comités de gestion des aménagements (CGA);
  • coopératives agréées ou en cours, associations, organisations professionnelles ;
  • unions de coopératives ou faitières.

Les demandeurs doivent justifier d’une expérience antérieure dans les domaines sollicités et disposer de membres compétents dans la production des spéculations ciblées par le projet.

Le terrain exploité par l’organisation ne doit pas faire l’objet de litiges fonciers. L’OPA doit posséder un compte bancaire et elle doit compter en son sein un minimum de 30% de femmes et/ou de jeunes.

Quel est le changement attendu à la fin du projet ?

Le changement majeur attendu est l’autonomisation organisationnelle et fonctionnelle des Organisations Professionnelles Agricoles (OPA) de manière à en faire des organisations capables de rendre des services à leurs membres, en toute autonomie.

Nos partenaires